Benjamin Gavanon


Sur la pelouse de Caen, et ce n’est pas la première fois, vous avez eu du mal à débuter la rencontre…

C’était même catastrophique. On s’en est vite rendu compte car on était toujours en retard et on n’arrivait pas à garder le ballon. On avait peur d’encaisser le premier but. Une fois que c’est arrivé, cela nous a réveillés et nous a finalement permis de repartir vers l’avant. Cela a été notre déclic.

 Le point négatif de votre soirée en Normandie, ce sont les deux buts encaissés…

Il faudrait réussir à nous débarrasser de cette manie et ne plus être obligés de marquer trois fois pour gagner un match. Nous devons arriver progressivement à encaisser moins de buts et commençons à sentir du progrès dans ce domaine. Si nous parvenons à garder notre but inviolé pendant plusieurs matchs, cela nous donnera la confiance qu’il nous manque peut-être aujourd’hui.

 Grâce à cette deuxième victoire consécutive, vous réussissez enfin à enchaîner deux résultats positifs. Est-ce qu’il existe des cycles dans la saison d’une équipe ?

Ils sont en tout cas plus agréables quand ils sont positifs (sourire). Maintenant, cette saison, nous n’avons pas vécu de cycles négatifs puisque chacun de nos bons résultats à l’extérieur était effacé par une contre-performance à domicile. Pour bonifier une victoire, il faut enchaîner par un autre bon résultat. C’est ce qui fait avancer et c’est pourquoi, dès la fin du match à Caen, nous avons déjà parlé de celui de dimanche face à Monaco.

 Cela signifie que vous allez aborder cette rencontre face à l’AS Monaco dans un état d’esprit un peu différent des précédents matchs à Picot ?

Il ne faut pas se sentir dans un confort parce que nous venons de gagner deux fois. C’est bien, mais ce n’est pas une finalité. Cela ne sera pas facile contre Monaco et il faut toujours avoir cette peur au ventre qui permet de faire de belles choses. Bien sur, nous avons un peu plus de confiance qu’il y a quelques semaines et aussi l’impression que tout s’enchaîne mieux en notre faveur. Il faut donc en profiter et oser des gestes difficiles.

Contre Bordeaux en coupe de la Ligue

Aujourd’hui, vous êtes quasiment à égale distance du podium et de la zone de relégation. C’est particulier de ne pas vraiment pouvoir se situer ?

Je préfère me dire que l’on joue le maintien et toujours regarder derrière pour creuser l’écart. Il ne faut pas s’endormir et toujours rester sous pression. Une victoire en plus ou en moins change beaucoup de choses dans ce classement. On peut vite se retrouver dans la zone rouge, car il y a peu de différences entre les équipes. C’est un championnat peut-être un peu plus éprouvant pour les nerfs.

 Il ne faudra donc pas se fier au classement de l’AS Monaco dimanche en fin d’après-midi…

Cela reste l’un des grands noms de ce championnat. C’est un peu surprenant de les retrouver en bas mais cela montre aussi qu’ils doivent forcément avoir des manques. À nous d’en profiter pour poursuivre notre bonne dynamique et distancer un peu plus ce concurrent direct dans la course au maintien.

Source : Asnl.net

GAVANON

Publicités

Publié le 2 novembre 2010, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Benjamin Gavanon.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :