Archives d’Auteur: alex'ASNL

Un nul qui n’arrange rien

Et dire qu’à une époque pas si lointaine, on pestait contre ces satanés 0-0. Celui de samedi a pourtant été unanimement apprécié par toute la délégation nancéienne et sans doute par tous les supporters de l’ASNL.

La raison saute aux yeux. Voir l’équipe de Pablo Correa terminer un match sans encaisser de but est devenu une denrée aussi rare qu’elle va s’avérer sans doute primordiale dans la lutte pour le maintien.

Élément qui donne encore du relief à la performance, les Nancéiens ont réussi à faire preuve d’imperméabilité face à un adversaire justement très efficace sur ses terres – ce n’est que la deuxième fois que les Merlus restent muets cette saison devant leur public – et dont le style ne leur convient guère. Preuve que ce groupe peut se muer en résistant à la condition de rester fidèle aux principes qui ont gouverné sa mission de samedi.

Ce résultat est de plus venu récompenser un match au contenu très encourageant dans plusieurs domaines. Il a confirmé ce qu’on avait pu ressentir les jours précédents, à savoir que les Nancéiens ont bel et bien pris le taureau par les cornes afin d’inverser le cours des choses et d’une saison partant en javel.

À Lorient, les leaders ont même semblé contaminer certains de leurs partenaires qui avaient jusque-là du mal à élever leur niveau de jeu. Si l’ASNL a fait preuve d’autant de solidité et de constance, d’un bout à l’autre du match, c’est grâce à cette homogénéité dans les performances individuelles. Un équilibre qui a soudé le bloc et automatiquement limité les cagades. Et puis, il y a eu ce supplément qui favorisa le projet. On veut bien sûr parler de l’ajout d’un vrai attaquant de pointe (Benjamin Jeannot) dans le dispositif. Cette trouvaille a changé beaucoup de choses. Elle a permis aux Nancéiens de porter régulièrement le danger dans la surface lorientaise et du même coup invité les Merlus à la prudence. Elle lui a aussi évité de devoir se contorsionner et de prendre des risques pour atteindre la cage de Fabien Audard.Ce week-end contrasté rappelle quelque chose d’essentiel. Pour avancer et s’extirper de l’ornière, il va falloir gagner des matches. Seule la victoire à trois points permet en effet de se donner de l’air. Pour respirer un grand coup et pour que le nul de Lorient devienne une bonne opération, il est impératif de battre Caen samedi dans un match sous haute tension où le public de Picot, pour la première fois peut-être depuis un long moment, aura un grand rôle à jouer. Cette équipe-là, qui ne lâche rien et se mobilise pour s’en sortir, mérite un bon coup de main.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :